Passion et découverte » Insolites » Quels sont les vertus du code Bushido ?

En 1990, un penseur japonais a mis en exergue les vertus du Bushido. L’ensemble de ces vertus qui constitue le code Bushido s’est avéré comme un repère spirituel et moral, aussi bien pour le bouddhisme et le shintoïsme que pour l’art martial. Voici la description de ces vertus.

Le Gi, une vertu de rigueur et de droiture

Le Gi est la première de toutes les caractéristiques du Bushido. Elle trouve sa source dans la raison qui dicte à l’homme les décisions droites et rigoureuses pour ne pas s’écarter du droit chemin. Le Gi aide l’homme à demeurer ferme dans ses actes sans hésitation aucune. Cette vertu est le soubassement de plusieurs autres valeurs du code d’Honneur des Samouraïs : l’honnêteté, le courage, l’honneur et l’attitude du respect profond envers autrui sont de mise.

Le Yu ou le courage

On ne peut entreprendre quelque action et l’accomplir qu’en faisant preuve de courage. C’est pourquoi le code Bushido exhorte à accepter d’aller au-devant des difficultés de la vie et de les braver sans jamais se désister. Le Yu est alors comme une méthode du guerrier Samouraï qui ne doit en aucun cas « jeter la manche après la cognée ». Elle pousse l’homme à oser prendre des risques sans perdre de vue les dangers qu’il encourt.

code Bushido

Le Jin, la vertu de la bienveillance

Cette vertu inspire la compassion. Savoir compatir aux maux de ses semblables et agir de manière à aider, à sauver, ou à protéger, voilà un des principes essentiels du Bushido. Comme tel, l’insensibilité par laquelle on peut parfois se moquer des souffrances des autres n’est pas une bonne attitude. Elle est dépourvue de bienveillance et condamnée par le code d’Honneur des Samouraïs. Elle est à éradiquer à tout prix, pour faire place à l’amour du prochain.

Le Rei ou la politesse

L’homme grandit toujours un peu plus quand il se montre respectueux envers ses supérieurs, envers ceux qu’il dépasse, envers ses amis et même envers ses adversaires. Cela signifie sans aucun doute que même lors d’une compétition houleuse, la méthode du guerrier est d’être courtois envers son adversaire. Qu’il gagne ou qu’il perde, il ne faut pas alors aller à lui avec un instinct agressif.

Le Makoto, une vertu de sincérité

La parole prononcée peut construire comme elle peut détruire. Et pour ne pas détruire, le code Bushido n’encourage donc pas la ‘’nuance de gris’’ ou l’ambivalence. Il faut nécessairement que la chose soit ou ne soit pas. Une porte est soit fermée ou ouverte. Comme le stipule l’un des quatre accords toltèques et comme le reprend le code d’Honneur des Samouraïs, dire et faire doivent être une seule et même action.

Le Meiyo et le Chugi : l’honneur et la loyauté

L’honneur est une valeur importante dans le code Bushido. Pour se réserver un peu d’honneur devant les hommes, il faut se montrer responsable et cohérent dans les paroles et dans leur application.

Aussi, quiconque prétend suivre le code Bushido doit se montrer loyal en demeurant exemplaire et fidèle. Il doit savoir tenir ses promesses pour ne pas se ridiculiser. S’il s’engage, il devra aller jusqu’au bout et de rester droit dans ses bottes sans se montrer corrompu.

Catégories : Insolites